PRESENTATION DU PROJET CLASSE N°1

Création de l’EcoCité d’Euroméditerranée : les grandes dates
2007 : Validation de l’Extension de l’Opération d’Intérêt National en conseil d’état
2008 : Sélection de l’équipe François Leclercq Architectes Urbanistes
2008 : Appel à projet « Plan ville durable EcoCité »  
2009 : Labellisation EcoCité
2010 : Appels à projet Programme « investissements d’avenir – ville de demain «
2011 : Signature du protocole financier de l’Opération d’Intérêt National
2011 : Candidature au programme  « investissements d’avenir – ville de demain » (Mars)  et décision du PM (Septembre)
2015 : Création de la première ZAC de l’Extension de l’Opération d’Intérêt National





Euroméditerranée, laboratoire de la ville urbaine durable

Depuis sa création en 1995, l’Etablissement Public d’Aménagement Euroméditerranée (EPAEM) assure des missions diversifiées de promotion de l’attractivité métropolitaine et de renforcement de la centralité marseillaise en aménageant un secteur arrière portuaire de 310 hectares au nord du centre-ville : 500 000 m2 de bureaux, 8 000 logements neufs et plus de 6 000 réhabilités, de grands équipements culturels et de formation, l’extension des transports collectifs. Le renouvellement urbain d’anciens quartiers industriels permet d’accueillir aujourd’hui quelques 20 000 habitants et 20 000 emplois supplémentaires.

L’obtention du label EcoCité, obtenu en 2009 à l’occasion de l’extension du périmètre initial d’Euroméditerranée, a fixé un nouveau cap dans la poursuite de l’opération d’aménagement : accueillir 30 000 habitants et créer 20 000 emplois supplémentaires en transformant un territoire extrêmement dégradé dans une démarche de développement durable renforcée.
Pour mémoire, le label EcoCité a été conçu par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie en vue de promouvoir « l’innovation architecturale, sociale et énergétique à l’échelle des villes ». Il a été décerné à 19 villes dont Marseille-Euroméditerranée.
L’EPAEM propose dès lors de concevoir le projet urbain comme « un laboratoire de la ville durable méditerranéenne » permettant de tester les principes générateurs d’une EcoCIté en Méditerranée et d’en éprouver l’opérationnalité pour les diffuser à l’ensemble de l’aire Métropolitaine et au-delà.


Eco cité
Les chiffres clés :
Superficie : 169 hectares
Logements : + 14 000 m2
Bureaux et activités : + 500 000 m2
Commerces : + 100 000 m2
Espaces verts : + 14 hectares
Emplois : + 20 000
Habitants : + 30 000
Investissements : +3,5 Milliards d’€


L’objectif est ici d’expérimenter une démarche contextuelle et intégrée de la ville, adapatée à ses spécificités climatiques, géographiques, culturelles et d’usages méditerranéens.
La ville projetée doit par ailleurs proposer une offre urbaine partagée, accessible à tous, préservant l’environnement, la santé et favorisant la qualité, le confort d’usage pour tous et à un coût acceptable : « low cost/esay tech ».

Le projet d’EcoCité-Marseille doit répondre aux grands enjeux des territoires durables de demain :

•  Développer un urbanisme adapté au contexte local et au climat méditerranéen
•  Favoriser les énergies renouvelables locales.
•  Soutenir et contribuer à la croissance de l’économie métropolitaine et à la création d’emplois.
•  Produire une offre d’habitat de qualité.
•  Bâtir un modèle exemplaire d’aménagement et d’architecture en climat méditerranéen qui rayonne sur l’arc métropolitain.


Cette démarche interpelle l’ensemble des professionnels de la chaîne de la construction, de l’aménagement et des services. Elle nécessite un changement profond des techniques autant que des pratiques et ne peut être atteinte sans l’adhésion et la mobilisation de tous les acteurs pour répondre à ces nouveaux enjeux qui s’incarnent dans le cas présent dans deux opérations emblématiques :


1. L’îlot démonstrateur Allar

Sur une parcelle de 2,4 hectares située près du siège d’EDF, l’îlot démonstrateur permettra à l’aménageur et à Eiffage d’expérimenter l’ensemble des dispositifs d’éco-construction appelés à être déclinés à grande échelle sur le périmètre de l’opération d’urbanisme et sur l’arc Méditerranéen.
Ce quartier témoin de 58 000 m² de plancher regroupera 400 logements de 30 000 m² à énergie positive, un hôtel de 90 chambres, 20 000 m2 de bureaux et équipements publics qui seront raccordés par un système énergétique géré par EDF, utilisant la thalassothermie. Le tout organisé autour d’une rue « universelle » concentrant les services aux particuliers, les entreprises et la logistique. Le quartier devrait abriter 800 habitants et 2 000 emplois.


Eco cité

2. La boucle à eau de mer

Cofely Services et Climespace lancent la construction d’une centrale thermo-frigorifique pour alimenter un réseau urbain de distribution d’énergie dans le périmètre d’Euroméditerranée.
Le réseau Thassalia sera alimenté par une centrale installée sur le môle d’Ares du Grand Port Maritime de Marseille. D’une longueur de 3.1 km, il desservira Les Docks, Euromed Center et le futur Parc Habité d’Arenc. Il fournira la totalité des besoins énergétiques des bâtiments et permettra une réduction de 70% des gaz à effet de serre.
Ce projet innovant répond aux prescriptions environnementales d’Euroméditerranée et aux attentes des partenaires que sont le Conseil régional, le Conseil Général, la Communauté Urbaine et la Ville de Marseille.


Eco cité